Guide des aides
régionales

French Tech Seed : un lauréat Grand Est

French Tech Seed : un lauréat Grand Est

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances et Guillaume Boudy, secrétaire général pour l’investissement ont annoncé les 18 premiers lauréats de l’appel à manifestation d’intérêt national French Tech Seed lors d’un déplacement à la SATT Paris-Saclay.

French Tech Seed ?

Le 21 juin 2018, le Premier ministre Edouard Philippe annonçait le fonds d’investissement French Tech Seed doté de 400 millions d’euros issus du Programme d’investissement d’avenir (PIA) intégré au Grand plan d’investissement et opéré par Bpifrance pour le compte de l’Etat. Lancé le 18 juillet 2018, ce fonds a vocation à soutenir les start-ups technologiques en phase de post-maturation, notamment des start-ups de la deep tech (technologies de rupture) et de moins de 3 ans.

L’originalité du fonds French Tech Seed repose sur un mécanisme de prescripteurs labellisés (les apporteurs d’affaires) et un effet de levier sur l’investissement privé. Ces prescripteurs garantiront le caractère technologique et les investisseurs privés le potentiel de développement de l’entreprise.

Cet AMI a permis de mobiliser les organismes en charge sur les territoires de l’incubation et de la valorisation au service du transfert de technologies et de la création d’entreprises.

Le Consortium Satt Conectus Alsace lauréat

Le Consortium emmené par la Satt Conectus Alsace fait partie des 18 lauréats de la 1ère vague.

Ce Consortium regroupe les 3 sociétésd’accélération du transfert de technologie (Satt) du Grand Est, l’incubateur SEMIA (avec ses antennes de Strasbourg, Mulhouse, Metz, Reims et Charleville-Mézières), le pôle de compétitivité BioValley et l’Institut Hospitalo-Universitaire de Strasbourg.

Les 18 structures lauréates ont su répondre à 4 critères :

  • le potentiel à proposer des projets de création d’entreprise innovante à forte intensité technologique ;
  • la garantie du caractère innovant et technologique des projets ;
  • la garantie d’un suivi et d’un accompagnement de l’entreprise dans ses dimensions stratégique, de développement commercial et de financement ;
  • la capacité à mobiliser l’écosystème de financements privés.

Les premiers projets du Consortium devraient être sélectionnés au 1er semestre 2019.